Le chlore, responsable de l’autisme?

Classé dans : Recherches | 0

la-recherche-medicaleDes chercheurs ont enregistré pour la première fois l’activité des neurones embryonnaires et des neurones immédiatement après la naissance afin d’observer les modifications des taux de chlore. Alors que ces niveaux chutent lors de l’accouchement chez les témoins sains, ils restent anormalement élevés chez leurs congénères atteints d’autisme.

Va-t-on pouvoir prévenir l’autisme chez l’enfant ? C’est les espoirs que pourraient apporter cette nouvelle étude. Les niveaux de chlore anormalement élevés dans les neurones du fœtus pendant l’accouchement sont déterminants dans l’apparition de l’autisme et peuvent être réduits par l’administration précoce d’un médicament diurétique, selon une étude sur l’animal validant l’utilisation bénéfique de ce traitement testé chez des enfants autistes.

La communauté scientifique s’accorde sur l’origine précoce, au stade fœtal et/ou postnatal de l’autisme. Le Professeur Yehezkel Ben-Ari , directeur de recherche émérite à l’Inserm et son équipe de l’Institut de neurobiologie de la méditerranée (INMED), dont les travaux sont parus ce jeudi 6 février dans la revue américaineScience, viennent de franchir un cap dans la compréhension de ce trouble du développement.

Les chercheurs ont enregistré pour la première fois l’activité des neurones embryonnaires et des neurones immédiatement après la naissance afin d’observer les modifications des taux de chlore (plus précisément de ions chlorure).  Alors que ces niveaux chutent lors de l’accouchement chez les souris saines, ils restent anormalement élevés chez leurs congénères atteints de deux formes d’autisme, l’une génétique et l’autre provoquée par l’injection à la rate gestante d’un produit, le valproate.
L’administration à la mère, peu avant la mise bas, du diurétique, le bumétadine, restaure une activité cérébrale quasi normale et corrige le comportement « autiste » chez les descendants, d’après les chercheurs.
Ces derniers montrent également l’implication de l’hormone qui déclenche le travail de l’accouchement, l’ocytocine, qui agit normalement comme le diurétique en abaissant le taux de chlore dans les cellules nerveuses du cerveau.
En revanche, l’hormone reste inopérante sur les foetus animaux prédisposés et le chlore s’accumule à des concentrations anormales dans leurs neurones. Et si l’on bloque cette hormone chez des souris gestantes normales, leurs portée présentent des taux de chlore élévés et un comportement autistique.

 

Lire l’article complet 

Laisser un commentaire